Espace Zoonoses

Ornithose-psittacose

Zoonose précédente   Accueil Zoonoses   Zoonose suivante     

Agent
 
La maladie est causée par une bactérie intracellulaire : Chlamidophila psittaci (Ricketssia psittaci) dont il existe plusieurs sérovars.

Cette bactérie peut exister sous deux phases dont une seule serait infectante. Le degré de virulence varie d'un sérovar à l'autre.

Dans le milieu extérieur la bactérie peut survivre plus d'un mois dans des matières organiques desséchées (fientes...).

Pour plus de détails, consulter le dictionnaire de bactériologie Euzéby.
 

Epidémiologie
 

Les oiseaux sauvages et d'ornement (perruches, perroquets, dindes, canards, autruches...) représentent le principal réservoir de C. psittaci.

Les animaux infectés excrètent la bactérie dans leurs fientes.

C'est lors d'opérations de nettoyage de bâtiments d'élevage de volailles ou du fait d'une agitation importante des volailles que la bactérie est mise en suspension dans l'air.

L'Homme se contamine en inhalant des poussières ou des aérosols contaminés par les fientes séchées ou par contact étroit avec un animal infecté.

La psittacose est une maladie essentiellement rencontrée chez les professionnels travaillant en milieu confiné avec des oiseaux (employés d'abattoir de volailles, éleveurs de canards, vendeurs d'oiseaux d'ornement...).

Pour plus de détails, consulter  la fiche du CNRS sur la psittacose.
 

Symptômes
 
L'infection passe le plus souvent inaperçue. Le cas échéant, elle se manifeste sous trois formes : une conjonctivite, une forme respiratoire, ou une forme septicémique.

La période d'incubation est de 5 à 15 jours pour la forme respiratoire qui est la plus fréquente.

Le tableau clinique est le plus souvent de type pseudo grippal ou plus grave (détresse respiratoire aigüe).

En l'absence d'un traitement spécifique, des complications peuvent survenir entrainant une mortalité de l'ordre de 20 % (alors qu'elle est de 1% en cas de traitement précoce adapté).

Pour un tableau clinique plus détaillé voir le guide EFICATT sur C. psittaci.
 

Moyens de prévention
 


Elle repose sur la mise en application de mesures d'hygiène en élevage de volailles (procédures de nettoyage, de désinfection) et sur la gestion de l'élevage (stress des animaux, surpeuplement...).

Des mesures individuelles de prévention  peuvent être appliquées (port de masques FFP2...).

Pour plus de détails, consulter le dépliant INRS MSA (NOUVEAU)
 


Prise en charge médico-sociale
 


Cette zoonose peut-être prise en charge au titre de maladie professionnelle (tableaux 52 du Régime Agricole et 87 du Régime Général).

Pour plus de détails, consulter l'utilitaire d'accès aux tableaux de maladies professionelles Mpro.
 


Liens utiles
 

Autres téléchargements
 
Page mise à jour le 05 Juillet 2013